Cu29

Pièce Inaugurale

La pièce fondatrice d’une trilogie, une invitation à un voyage qui transcende le temps : la quête de l’essentiel.

La Cu29 est la pièce fondatrice. Le garde-temps le plus essentiel d’une trilogie ambitieuse. La création introduit les codes et les fondations de la signature identitaire Alchemists. Elle représente la pièce de maîtrise d’Hervé Schlüchter suivant les savoir-faire les plus exigeants de l’art traditionnel horloger.

La Cu29 est une interprétation artistique contemporaine d’un héritage traditionnel et culturel. Tout a commencé avec une feuille blanche.

Les inspirations de design de la Cu29 sont fortement guidées par l’horlogerie de la fin du XIXème siècle et par le biodesign. Le design du mouvement et de la boite ont été conçus par un Maître horloger créateur. Quand il commença à dessiner, il n’avait qu’un seul objectif : créer le mariage parfait entre les traditions horlogères et leurs interprétations contemporaines.

La Cu29 Inaugurale introduit un nouvel alliage horloger exclusif et innovant : Cuprum 479 – un cuivre éternel.

Cuprum 479 – le cuivre éternel d’Alchemists.

La quête originelle d’Alchemists dans la recherche d’un matériau horloger pur et stable les a mené au développement de leur propre cuivre éternel. Son inspiration provient d’un ensemble de croyances culturelles associées à l’utilisation du cuivre au travers des millénaires d’histoire. Ce nouvel alliage de cuivre et d’or est doté de propriétés surprenantes : il ne nécessite aucun traitement de surface et sa stabilité naturelle lui permet de se soustraire à tous procédés de galvanisation. Sa couleur offre une chaleur unique et distinctive aux tons rouges.
Le Cuprum 479 est un matériau pur, noble et immortel. Parfaitement adapté à toutes applications horlogères, il peut être usiné suivant d’infimes tolérances avant d’être poli et fini à la main, suivant les méthodes les plus exigeantes de l’art traditionnel horloger. Ce cuivre éternel fera le bonheur des horlogers rhabilleurs lorsqu’ils auront à travailler à la restauration de pièces Alchemists, même dans plusieurs siècles.

La Cu29 est dotée d’une boite hybride pure et élégante réalisée à partir d’un design résolument complexe : un cristal saphir « atmosphère ».

Un design complexe pour une vue imprenable sur un merveilleux paysage mécanique.

Alchemists a choisi une voie délicate dans la conception de cette boite hybride. Malgré les difficultés, aucun compromis n’a été concédé pour que l’objet final soit fidèle au concept créatif. Considéré comme l’élément le plus complexe (non mécanique) du garde-temps, le cristal prend une forme singulière. La base de ce verre atmosphère est d’un diamètre inférieur à celui de son pourtour. C’est donc un diamètre de base fine, qui progresse ensuite en s’élargissant, avant d’adopter, à son sommet, une courbe atmosphérique – exactement comme l’atmosphère qui englobe la Terre, d’où son nom.

Le tube de couronne est directement intégré au cristal, contrairement aux conceptions de boites traditionnelles, faisant partie de la complexité de ce design atypique.

Cette boite hybride est la signature d’Alchemists pour sa trilogie de garde-temps. Sur la Cu29 Inaugurale, Alchemists a choisi de réaliser cette boite en Cuprum 479, plaçant ainsi l’alliage en contact direct avec le poignet du porteur, s’inspirant des croyances culturelles selon lesquelles la proximité avec le cuivre aurait des effets positifs sur la dextérité.

Premier calibre manufacture, entièrement conçu en interne, avec une architecture inversée.

La Cu29 embarque le tout premier mouvement manufacture d’Alchemists, qui fait partie des fondations du projet. Imaginé tel une base modulable pour l’ensemble de la trilogie, ce design ambitieux comprend des assemblages et des subtilités mécaniques peu communs.

Premier calibre manufacture, entièrement conçu en interne, avec une architecture inversée.

La Cu29 embarque le tout premier mouvement manufacture d’Alchemists, qui fait partie des fondations du projet. Imaginé tel une base modulable pour l’ensemble de la trilogie, ce design ambitieux comprend des assemblages et des subtilités mécaniques peu communs.

Une architecture atypique, inspirée des Jardins Suspendus de Babylone.

Suivant la tradition, la Cu29 est construite autour des notions de volume et de symétrie. Cependant, la construction atypique de la boite hybride a mené à un renversement complet de l’architecture du mouvement. Composée de multiple niveaux et structures, elle est directement inspirée de l’architecture des Jardins Suspendus de Babylone. La glace atmosphère sublime l’ensemble des composants, des assemblages et du travail de décoration main réalisé sur le mouvement. Un design aérien où tout semble suspendu.

Le mouvement est composé de nombreux assemblages singuliers, inspirés de l’histoire et des traditions horlogères, proposant leurs interprétations contemporaines.

Les double barillets, un hommage à Sir George Daniels.

L’énergie du mouvement de la Cu29 est transmise au travers des deux barillets montés en parallèle. Au-delà d’être un hommage à certains travaux d’un grand horloger, ce choix n’est pas dénué d’intérêt technique. Répartir l’énergie entre les deux barillets permet d’atteindre une plus grande stabilité dans sa distribution, chacun des deux ressorts donnant un couple stable et linéaire.

Cet assemblage fait partie des raisons pour lesquelles la Cu29 est capable d’atteindre une réserve de marche de 72 heures chronométriques.

Un organe régulateur rare et complexe avec un spiral cylindrique.

Le mouvement est équipé d’un balancier à vis de charge et inertie variable, couplé à un spiral cylindrique bleui, un hommage aux anciens chronomètres de Marine qui représentaient jadis l’apogée de la précision horlogère. L’organe régulateur est maintenu par son porte piton de type Genève sur un pont en titane, bercé et poli main. Sa finition et sa courbe en font une pièce spectaculaire dans le paysage mécanique de la Cu29.

Le spiral cylindrique participe à l’effet de volume de la création et symbolise une manière philosophique de représenter l’élévation spirituelle.

Un ingénieux mécanisme de réserve de marche sur crémaillère périphérique.

La réserve de marche est indiquée par un curseur évoluant grâce à une crémaillère périphérique, sur un cadran indexé de 0 à 72 heures. Par définition, la lecture se fait le long d’une courbe et l’aiguille de réserve de marche est suspendue dans le vide, renforçant l’aspect léger et aérien de l’architecture. Un mécanisme ingénieux, peu commun en horlogerie car le mouvement de la crémaillère est dicté par une roue à différentiel liée à deux trains de rouages différents.

L’assemblage du rouage de finition et de la petite seconde indirecte atypique.

La petit seconde indirecte est suspendue au-dessus des barillets et complète l’assemblage. Son élévation déroge à la tradition horlogère et a présenté un défi technique dans la conception du mouvement. Les rouages ont du être conçus afin de réduire les jeux potentiels liés à l’élévation de la seconde.

La roue de renvoi permettant l’affichage des heures et des minutes sur le cadran est reliée au rouage de minuterie et trône majestueusement à l’arrière du mouvement.

Les double barillets, un hommage à Sir George Daniels.

L’énergie du mouvement de la Cu29 est transmise au travers des deux barillets montés en parallèle. Au-delà d’être un hommage à certains travaux d’un grand horloger, ce choix n’est pas dénué d’intérêt technique. Répartir l’énergie entre les deux barillets permet d’atteindre une plus grande stabilité dans sa distribution, chacun des deux ressorts donnant un couple stable et linéaire.

Cet assemblage fait partie des raisons pour lesquelles la Cu29 est capable d’atteindre une réserve de marche de 72 heures chronométriques.

Un organe régulateur rare et complexe avec un spiral cylindrique.​

Le mouvement est équipé d’un balancier à vis de charge et inertie variable, couplé à un spiral cylindrique bleui, un hommage aux anciens chronomètres de Marine qui représentaient jadis l’apogée de la précision horlogère. L’organe régulateur est maintenu par son porte piton de type Genève sur un pont en titane, bercé et poli main. Sa finition et sa courbe en font une pièce spectaculaire dans le paysage mécanique de la Cu29.

Le spiral cylindrique participe à l’effet de volume de la création et symbolise une manière philosophique de représenter l’élévation spirituelle.

Un ingénieux mécanisme de réserve de marche sur crémaillère périphérique.​

La réserve de marche est indiquée par un curseur évoluant grâce à une crémaillère périphérique, sur un cadran indexé de 0 à 72 heures. Par définition, la lecture se fait le long d’une courbe et l’aiguille de réserve de marche est suspendue dans le vide, renforçant l’aspect léger et aérien de l’architecture.

Un mécanisme ingénieux, peu commun en horlogerie car le mouvement de la crémaillère est dicté par une roue à différentiel liée à deux trains de rouages différents.

L’assemblage du rouage de finition et de la petite seconde indirecte atypique.​

La petit seconde indirecte est suspendue au-dessus des barillets et complète l’assemblage. Son élévation déroge à la tradition horlogère et a présenté un défi technique dans la conception du mouvement. Les rouages ont du être conçus afin de réduire les jeux potentiels liés à l’élévation de la seconde.

La roue de renvoi permettant l’affichage des heures et des minutes sur le cadran est reliée au rouage de minuterie et trône majestueusement à l’arrière du mouvement.

L’émotion d’une montre de poche traditionnelle.

Dans la Cu29, la symétrie des deux barillets à 6 heures offre un spectacle visuel totalement unique lors du remontage, où l’on peut apercevoir les cliquets en forme de moustache évoluer évoluer au fil des rochets jusqu’au remontage complet de la pièce.

Alchemists a aussi investi énormément d’attention et d’efforts dans l’acoustique du mouvement. Son rituel de remontage. Tous les composants ont été conçus pour offrir une expérience sensible et délicate, comparable à l’émotion ressentie lors du remontage d’une montre de poche traditionnelle.

Un mouvement manufacture réalisé en Cuprum 479.

Habituellement, les ébauches (platine et ponts) sont réalisés en laiton ou en maillechort. Le Cuprum 479 étant un alliage de cuivre et d’or, il est par conséquent plus prestigieux et plus noble. Il est largement présent dans le mouvement au travers de la platine, des ponts boucliers et des bases cadrans.
La totalité du calibre et de la boite est finie et décorée à la main, toutes les pièces de la Cu29 reçoivent donc une valeur ajoutée authentique de la main de l’horloger et Alchemists ne concède aucun compromis dans la qualité du travail et des finitions d'art traditionnel horloger.

Une réflexion sur le beau, mais qui passerait par le geste, lui-même induit par la pensée.

La création selon Les Alchemists – et il est bien question de « création » et non de « fabrication » bien qu’il s’agisse d’un atelier horloger – est une sorte de processus où chaque étape signifie évolution et transformation.

L’idée première naît sur le papier. L’esquisse d’origine est toujours réalisée à la main. Tout tourne autour de la main, avec les Alchemists, à tous les stades de création. En passant d’une machine à commande manuelle à un outil de polissage, toujours dans la même main, chaque composant « s’élève » car la main le sublime. Une réflexion sur le beau, mais qui passerait par le geste, lui-même induit par la pensée.

Picture of the Alchemists watchmakers in Villa Jolimont
Et si la vocation des Alchemists était aussi de contribuer humblement à la préservation d’un patrimoine horloger ? D’en perpétuer ses savoir-faire et ses enseignements au travers de leurs œuvres ? Les horlogers Alchemists œuvrent chaque jour à la conservation de ce patrimoine. Ils se sont engagés à sauvegarder et cultiver les savoir-faire dans un environnement de travail rare. Une application concrète.

Parce qu’on ne peut pas reproduire deux fois le même geste, chaque pièce est une œuvre, unique, éternelle.

Il faut avoir aperçu la beauté de ces pièces minuscules, devenues invisibles une fois le mouvement assemblé. Il faut avoir vu le souci avec lesquelles elles ont été travaillées, polies, magnifiées, pour comprendre la philosophie qui se cache derrière Alchemists.

Du plus petit au plus grand composant, chacun est doté d’une charge émotionnelle. Cela demande une précision absolue à chacun des stades. Les pièces, jusqu’à la moindre vis, sont finies à la main, qu’elles soient visibles ou pas.

Chaque mouvement est assemblé deux fois, pour ne laisser aucun détail au hasard.

Il n’y a pas d’atelier de décoration, ni d’horloger-régleur chez les Alchemists : chaque horloger reçoit sur son établi, l’ensemble des composants qui doivent constituer la montre.

Il l’assemble une première fois pour vérifier que tout fonctionne parfaitement bien, cela lui permet de faire la préparation mécanique à la main et de manière traditionnelle, jusqu’au roulage des pivots et au polissage des ailes des pignons, entre autres. Puis le mouvement est entièrement démonté, désassemblé.

Chaque composant est ensuite très minutieusement fini et décoré à la main, puis le mouvement est prêt à être remonté, assemblé, et réglé, jusqu’à l’étape du contrôle final.

Chaque création des Alchemists sera le fruit d’un seul et unique horloger, depuis son montage, son réglage jusqu’à la plus infime de ses finitions manuelles.

Le niveau de compétences et de passion exigés à chaque horloger Alchemists est si élevé que seul un très petit nombre est encore capable d’assembler, de décorer, régler et finir lui-même, à la main, chacune de ses montres. Comme à l’époque, fin du XIXème siècle.

Des cadrans comme des oeuvres d'art.

La fabrication de la Cu29 fait appel à des savoir-faire particuliers. Tel en est le cas pour les cadrans en pierres naturelles qui sont taillés et formés à la main. Un travail d’artisan hors norme qui demande une grande précision dans le taillage de ces pierres avant d’être tampographiées et installées sur une base en Cuprum 479. L’assemblage du cadran préserve alors naturellement la beauté et la pureté de la pierre.

Les cadrans réalisés en émail Grand Feu requièrent quant à eux, non seulement un savoir-faire spécialisé, mais aussi un métal qui permette sa formation. En effet, les cadrans en émail ne peuvent normalement être formés que sur des bases en or ou en cuivre, mais après plusieurs mois de développement, les Alchemists ont réussi la création d’émail Grand Feu sur une base en Cuprum 479, qui atteste une fois de plus de la pureté et de la qualité de ce nouvel alliage.

Cu29,
Version Inaugurale

Les méthodes traditionnelles sur lesquelles reposent la fabrication de la Cu29 ne sont pas compatibles avec un procédé industriel. Cette approche de la production ainsi que la philosophie horlogère d’Alchemists font que ces créations sont très limitées. Chaque pièce qui sortira des ateliers d’Alchemists sera donc une pièce exclusive, qui portera avec elle une volonté de perpétuer ces savoir-faire ancestraux.

Choisir une montre réalisée par Les Alchemists, c’est encourager un retour à l’essentiel, au souci de perfection, et parier sur le génie humain. C’est savoir que le garde-temps que l’on porte au poignet est unique, parce que l’on ne peut pas reproduire le même geste deux fois. C’est vouloir porter du beau tout en souhaitant se faire du bien, et aussi accepter que certaines vérités resteront intimement cachées.

Cu29 Creative Act II

Le premier mouvement manufacture Alchemists révèle sa puissance mécanique au travers d’une nouvelle création.

Retour haut de page